#1 Moi anxieuse, lui évitant : que dois-je faire ?

Je suis dans une relation « moi anxieuse / lui évitant » avec des va-et-vient incessants, et puis j’ai dit stop car après une intimité grande, je reçois de la distance en retour, c’est souvent a moi de revenir comme si tout était normal, c’est souffrant pour moi. Quelles stratégies dois-je adopter ? Essayer d’en parler avec lui, jeter l’éponge et l’ignorer, apprendre à être sécure et progressivement amener l’autre à l’être aussi… si cela est possible quel support pourrait m’aider ?
Merci pour votre réponse.

Estelle

C’est la question d’une lectrice, Estelle*, qui soulève toute la complexité d’une relation mettant en scène deux personnes ayant des besoins relationnels différents.

Pour l’un, le couple est en grande partie un synonyme de perte de liberté – les attentes de la partenaire vont avoir un effet oppressant, il va se sentir étouffé, envahi… et pour échapper à cette sensation de piège qui se referme sur lui, il va avoir besoin d’agrandir l’espace l’éloignant de sa partenaire. Ce sentiment est encore plus fort après un moment d’intimité où cette fameuse distance a rétréci. Il lui est donc nécessaire de se recentrer sur lui-même et de ressentir de nouveau qu’il contrôle sa vie, qu’il peut enfin fonctionner en « circuit fermé » sans perturbation extérieure.

Et pour l’autre, pour vous Estelle, l’expérience est tout à fait différente puisqu’au contraire, la recherche de proximité, voire peut-être même de fusion avec votre partenaire, se heurte à un refus. Et en effet, c’est très douloureux, surtout que le cycle se répète, parfois même de façon tout à fait prévisible.

Un aspect qui me semble très intéressant dans la formulation votre question, c’est que vous semblez rechercher des outils pour vous aider à « arranger » ce qui dysfonctionne et même à aider votre partenaire à changer. Cela m’amène à vous orienter vers une première réflexion : avez-vous tendance à vous sentir l’unique responsable de ce qui ne va pas dans une relation et/ou la seule à pouvoir y faire quelque chose ? Si oui, serait-il possible que cette tendance remonte à loin dans votre histoire ? Il faut faire très attention avec ce genre de mouvement qui voudrait vous faire résoudre les problèmes pour l’autre et non pas avec l’autre, car cela risque de faire remonter des sensations d’impuissance de l’enfance, d’avoir été trop seule à résoudre des difficultés dépassant les capacités d’un enfant. Et puis outre ces considérations sur les expériences précoces, ça n’aide tout simplement pas à faire avancer la relation. Il ne s’agit-là bien sûr que de simples hypothèses.

Et puis, il est à mon sens essentiel que vous puissiez faire sens de votre attirance pour quelqu’un avec qui le lien apporte aussi une souffrance d’abandon. Une façon d’y voir plus clair est de tracer un grand cercle sur une feuille et de noter à l’intérieur dix à vingt qualificatifs qui vous viennent au sujet de vos donneurs de soins quand vous étiez petite (la ou les personnes qui vous ont élevée) notamment en vous remémorant leur attitude à votre égard : gentil, colérique, conflictuel, doux, impatient, triste, joyeux, imprévisible, préoccupé, distant, disponible, indisponible, drôle, inquiet etc. Une fois que vous êtes satisfaite de votre liste, entourez les adjectifs qui correspondent aussi à votre conjoint. Peut-être y verrez-vous alors des correspondances sur la façon dont votre histoire a influencé vos attentes au sein du couple. Je vous renvoie à cet article pour explorer ce sujet.

Et j’en reviens à votre question initiale : comment faire en sorte que vos besoins à tous les deux soient satisfaits ? Une première réponse est : vous n’arriverez pas à faire bouger grand-chose toute seule. Cela ne fonctionne pas et l’on peut se demander si c’est franchement souhaitable.

En revanche, tant que vous souhaitez continuer la relation, vous pouvez travailler à collaborer tous les deux à devenir de bons connaisseurs de vos tendances respectives :

  • comprendre que ce qui s’active dans le couple n’est pas personnel (c’est lié à vos histoires respectives)
  • identifier ensemble les situations qui créent du stress dans votre relation
  • anticiper et parler en amont de ce qui vous inquiète mutuellement et chercher ensemble des solutions
  • exprimer ce qui vous fait souffrir en décrivant la situation et en disant JE
  • proscrire les accusations « TU es un problème tu me fais mal, TU ne te rends pas compte…°
  • mettre en place des rituels donnant de la prévisibilité aux moments où vous allez être ensemble, même si c’est par téléphone

J’espère que ces éléments vous aideront à vous orienter ; je partage d’autres éléments sur le blog, les ateliers et les vidéos.

*prénom modifié

2022 – laetitiabluteau.fr